Devis gratuit ! cliquez ici pour réduire votre facture d’énergie

Après une inondation, faut-il remplacer sa chaudière ?

Une inondation peut s'avérer fatale pour une chaudière installée au sol. Idem pour les pompes à chaleur, d’ailleurs. Comment savoir s’il faut ou non remplacer sa chaudière après ce type d’intempérie ? Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte…

Après une inondation, faut-il remplacer sa chaudière?

Les inondations deviennent, si pas plus fréquentes, en tout cas plus sévères. La faute au dérèglement climatique ? En Belgique, les inondations résultent surtout d'un débordement des rivières après de longues précipitations. Mais elles peuvent aussi se manifester par des coulées de boue après de violentes pluies. Quoi qu'il en soit, elles représentent un danger pour les systèmes de chauffe : chaudières au mazout, chaudières au gaz (toutes les chaudières au gaz ne sont pas des chaudières murales !), pompes à chaleur, boilers, cuves.

Une chaudière qui a été mouillée ou noyée peut-elle encore servir ?

Si bien souvent, on constate un remplacement de la chaudière après une inondation, on ne peut pas en tirer de règle générale pour autant. En effet, un cas n'est pas l'autre. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. On en distingue au moins trois.

1. Le modèle de la chaudière. La chaudière est-elle classique avec un corps de chauffe et un brûleur, proches du sol ? Est-elle montée sur des blocs et donc un peu surélevée ? Est-elle carrément verticale avec le brûleur posé au sommet ? Des questions à se poser avant de tirer un diagnostic. En effet, il existe une grande variété de configurations de pose des chaudières. Et certaines résistent mieux que d'autres à une montée des eaux. Si votre habitation se trouve en zone inondable, informez votre chauffagiste lors de la pose ou du remplacement d’une nouvelle chaudière. Il vous conseillera la meilleure solution à adopter.

2. L'ampleur de la crue et des dégâts. Pour établir un diagnostic, mieux vaut faire appel à un chauffagiste certifié comme Dauvister. Pour rappel, cette certification dépend des Régions. « Si le seul corps de chauffe a été inondé, une remise en état est possible, assure Stéphane Dauvister, CEO de Dauvister. Via un nettoyage et un séchage en profondeur. » « Le corps de chauffe est en effet en fonte, très résistante aux dommages – l'eau charrie généralement toutes sortes de déchets, ajoute Georges Gronsfeld, conseiller technique chez TechLink, la fédération belge des chauffagistes et des électriciens. Si, par contre, d'autres éléments ont été mouillés comme le brûleur, le tableau de commande ou le thermostat, c'est beaucoup plus grave. De l'humidité sur de l'électronique, cela ne pardonne pas. »

3. L'aspect financier. Une réparation de chaudière peut s'avérer aussi coûteuse qu'un remplacement. Si c'est le propriétaire qui paie, opter pour un nouvel appareil est sans doute préférable. Il peut ainsi bénéficier de la garantie légale de deux ans sur le matériel neuf. Et s'éviter les pépins futurs, toujours possibles en cas de réparation (là, la garantie n'est que d'un mois sur le travail et d'un an sur les pièces). Si c'est l'assureur qui intervient, le calcul est plus complexe. Car il faut payer aussi la franchise et l'expertise de l'installation. Et puis, dans son intervention, l'assureur prendra en compte la valeur de l'ancienne chaudière. Plus elle est vétuste, moins élevé sera le montant...

Chez Dauvister, si vous avez opté pour un contrat d’entretien, vous aurez la garantie d’être dépanné dans les 24 heures et si le remplacement de votre chaudière est inévitable, vous bénéficierez d’une réduction sur votre nouvelle installation. Et si vous voulez vous éviter tout tracas en cas d’inondation (mais pas seulement), la formule de location de chaudière peut également s’avérer intéressante.

Le rôle du chauffagiste est central dans la décision

En définitive, c'est le chauffagiste qui détient l'essentiel de la réponse à la question de savoir s’il faut ou non remplacer une chaudière après une inondation. C'est lui qui déterminera la solution à retenir en fonction des éléments précités. À ce propos, il faut savoir que le chauffagiste a un devoir de conseil vis-à-vis de son client. « Il est tenu de vérifier que les travaux envisagés s'avéreront efficaces dans la durée », assure Stéphane Dauvister.

Un problème avec votre chaudière suite à une inondation ? Contactez-nous !


Category :   L'actualité